• Heures D'ouverture:
  • lun-mer : 9h30 à 18h
  • jeu-ven : 9h30 à 21h
  • samedi : 10h à 17h
  • dimanche : 12h à 17h

Nous avons aimé :


Tout doit partir. Récit

(Johanne Fournier  - Leméac)

Ici, ce sont les saisons, d’abord, qui remodèlent le vivant. La puissance de la nature, la fragilité des humains. Et la mort du père, dont il faut maintenant liquider les affaires en faisant des boîtes.

Tout doit partir est un vaste petit livre. Il contient des vies, il est débordé par le fleuve. Il a la beauté terrible du temps qui passe comme le vent, coupable d’érosion. On s’y burine. On se perd dans le paysage. On s’y retrouve.

Le rouge vif de la rhubarbe

(Audur Ava Olafsdottir - Zulma)

«Il y a certainement des trolls, des lutins et des fées en Islande... Dans tous les cas, il y a Audur Ava Olafsdóttir qui nous avait déjà enchantés avec Rosa candida, c'est la fée des mots. Elle sait comme nulle autre les rassembler, les tricoter avec une belle simplicité pour nous faire vivre au plus près le quotidien de ses personnages, nous faire découvrir les couleurs et les senteurs de son île. Lire la suite...


On imagine les maisons colorées, les plages de sable noir et ce rouge vif du champ de rhubarbe où va méditer Ágústína. Sa mère est partie suivre les oiseaux migrateurs, sa chère Nína la console avec du boudin de mouton et autres délices et elle, malgré ses jambes de coton, rêve de voir le monde de haut en faisant l'ascension de la Montagne, pas moins de 844 mètres. Un roman qui enchante le quotidien, donne des ailes et laisse un joyeux goût de bonheur partagé.»

—Bernard Babkine, Madame Figaro

Les vieux fourneaux T.1: Ceux qui restent

(Lupano & Paul Cauuet  - Dargaud)

L'excellent Wilfrid Lupano rejoint Dargaud avec la série Les Vieux Fourneaux. Trois septuagénaires, amis d'enfance, se lancent dans un road-movie rocambolesque vers la Toscane. Explications : Antoine vient d'enterrer sa femme et apprend qu'elle l'a trompé, il y a 40 ans, et avec le patron ! Son âme de cégétiste en prend un coup et il décide de commettre un crime passionnel rétroactif. Pierrot, chef de bande d'anars aveugles (Ni yeux, ni maître !), Mimile et Sophie feront tout pour l'en empêcher...

Moi

(René Homier-Roy et Marc-André Lussier - Leméac)

Personne n’a accompagné le développement de la culture québécoise comme lui. Depuis cinquante ans, René Homier-Roy en a été le témoin privilégié, le critique implacable, le défenseur enthousiaste. Personne n’a comme lui conquis les sommets de la presse écrite, de la télévision et de la radio, où il nous a accompagnés, conseillés, mis en garde et divertis. Lire la suite...


Pendant toutes ces années, nous l’avons suivi avec passion – et il nous a vus grandir.

Pour la première fois, il a accepté de parler, de se raconter, mais surtout de raconter le monde de la culture et des médias, où il a tout vu, tout connu. Il a choisi d’ouvrir sa mémoire au critique de cinéma Marc-André Lussier, mais c’est sa voix et son regard que nous retrouvons, toujours aussi justes, francs, colorés. Au fil des pages, nous découvrons le visage d’un homme discret malgré les apparences, chez qui l’humour et l’autodérision sont au fond des signes de politesse d’un cœur qui a beaucoup aimé.

La porte

(Magda Szabó  - Le Livre de Poche)

Magda Szabo retrace sa relation avec Emerence Szeredas, qui fut sa femme de ménage pendant une vingtaine d'années. L'une est vieille et reste humble, l'autre est jeune et affiche l'orgueil de l'intellectuelle. Mais la servante apprend tout à l'écrivaine adulée, qui fait son portrait en peignant à la fois une vie exceptionnelle et un destin tragique.

La montagne de livres

(Rocio Bonilla - Père Fouettard)

En tant que libraire, mon plaisir coupable a toujours été les albums jeunesse. Habituellement, les illustrations m’attirent en premier lieu, ce qui me pousse à lire l’histoire qui contient souvent ce double sens que seuls les adultes peuvent percevoir. La montagne de livres est la parfaite combinaison des deux. Nous rencontrons le petit Lucas qui a comme plus grand souhait de voler. Alors qu’il prend tous les moyens pour y parvenir, il échoue constamment. Jusqu’au jour où sa mère lui dépose un livre entre les mains. Puis, il comprend qu’il peut s’envoler tout en gardant ses pieds ancrés au sol. Véritable coup de cœur pour cet album qui véhicule un message crucial dans le développement d’un enfant, soit celui de la reconnaissance du pouvoir de leur imagination.

Paul et Antoinette

(Kerascoët  - La Pastèque)

Paul aime l'arrangement floral, Antoinette aime la boue... mais pourraient-ils vivre l'un sans l'autre ? Magnifiquement illustrée par Kerascoët, voici une histoire drôle, profonde, et magnifique sur l'acceptation, la confiance et l'importance d'être soi-même.